jeudi 25 août 2011

Expérience sur le tournesol

Une nouvelle expérience qui apporte son lot de connaissances et qui viennent enrichir mon expérience apicole.

En mai, j’ai eu connaissance qu’un agriculteur proche de chez moi, était passé en agriculture biologique. J’ai donc pris contact avec lui pour discuter de son choix et des cultures qu’il avait. N’ayant que très peu de connaissance du monde agricole, nous avons eu de très longs échanges intéressant. J’ai découvert alors que l’ensemble de son exploitation était en bio. Ce qui veut dire qu’il n’utilise pas de produit pesticide, fongicide et autre super cocktail pour la nature. Il fait de des cultures de céréales comme du colza, tournesol, sarrazin, blé et d’autres, mais aussi de l’élevage bovin. D’ailleurs il vend sa viande provenant de l’abattage de ses bêtes directement à la ferme. A la maison, nous avons pu tester ses cassettes de viandes. Elle est bonne, moins cher et en plus j’aide directement l’agriculteur plutôt que la grande surface. 

Lorsque j’ai appris qu’il avait de la culture de tournesol bio, je pensais faire une bonne affaire. Je m’imaginais déjà avec des hausses pleines a craquées. J’imaginais que lorsqu’il s’agissait de culture bio, les variétés utilisées pour les semences étaient différente que dans un champ de culture classique. Je mets de coté la question des pesticides car il n’en utilise pas. Ni pour les semences, ni en pulvérisation sur la plante.
J’ai proposé de déposer quelques ruches sur la parcelle de 7 hectares de tournesol pour permettre une bonne polonisation des fleurs mais aussi pour avoir du miel en retour.

Jeune tournesol. 

Le semis a été fait assez tard, en mai, pour des raisons administratives lié au bio. Les premières fleurs ont commencé à fleurir et j’ai déposé mes ruches fin juillet. Malgré le temps pourri puis chaud, les abeilles ont beaucoup travaillées pour les fleurs. Les couronnes ont été visitées de manière régulière par les abeilles. Apres un mois, les fleurs sont maintenant fanées mais bien pollinisées. Les graines sont très régulières et bien serrées. C’est un très bon point pour l’agriculteur.





Pour, moi, l’apiculteur, c’est plutôt la déception au niveau du miel dans les hausses. Je n’ai qu’une ruche qui a rempli quelque bout de sa hausse. Sur les trois que j’avais posées, j’aurais 3 kilos !!! Je ne pense pas que cela soit rentable d’extraire. 

En discutant un peu avec l’agriculteur, je m’aperçois qu’il n’a pas le choix de ses semences. Il a du semer ce que le semencier lui donné. Un point c’est tout. Comme c’est une semence d’hybride il n’est pas possible aussi pour lui de garder une partie de sa récolte pour s’en resservir l’année suivante. Les plantes issues des ses graines donneraient des plantes à multiple têtes et à la couronne ridiculement petite. Je m’aperçois que les agriculteurs sont presque pieds et poings liés avec les industriels de la semence. C’est triste cette situation. Les variétés de tournesol disponible sont limités et en fait très peu mellifères. Ce qui est recherché c’est bien sur la forte production d’acide oléique qui fera une grande quantité d’huile par la suite. Et je ne trouve nul par d’indication de l’intérêt apicole de telle ou telle variété. La variété qui a été semée est de chez « MAISADOUR ».

Je vais devoir remmener mes ruches à la maison pour la fin de la saison, à moins que je les laisse prêt d’un champ de sarrasin.

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Bien plus mellifère le sarrasin.
Le tournesol que je sème ici est issu de mes propres semences.
Mais le miel de tournesol n'est pas le meilleur,loin s'en faut,il est même de piètre qualité....

Christophe Chusseau a dit…

Il est tout à fait navrant de s'apercevoir que même en culture bio, les agriculteurs n'ont pas de choix de variétés de semences. L'on assiste, et ceci depuis un certain temps, à une uniformisation générale, et ceci est alarmant particulièrement dans le monde agricole. La spécificité des espèces en adéquation avec son environnement, c'est pourtant la force du vivant !

Philippe a dit…

Je crains que tu sois également déçu par le sarrasin. J'ai lu que les variétés récentes sont bien moins mellifères que les anciennes.

bailly a dit…

bonjour,
avez-vous une explication concernant le tournesol ES ETHIC. nous avons posé nos ruches sur ce champ de tournesol et rien, pas un gramme de miel. Comment cela s'explique t'il? merci
catherine bailly

Olivier a dit…

Bonjour,

La raison est assez simple me semble t'il. Le tournesol aujourd'hui est sélectionné plus pour les caractéristiques de production d'huile que pour sa production mellifère. Je suppose que plus la plante produit de nectar, moins la production d'huile est importante et vis et versa. D'ailleurs il est de plus en plus difficile de trouver du miel de tournesol. Et cela va poser des soucis aux apiculteurs qui avaient l'habitude d'avoir une production de miel de tournesol assez importante pour faire leur année.

Anonyme a dit…

Bonjour,

Même si l'article est ancien, j'aimerais apporter mon grain de sel à la discussion et puis informer les futurs badauds comme moi.

Concernant les tournesol, s'ils sont hybrides c'est pour exploiter l'effet heterosis du croisement de deux lignées pures et ainsi avoir de meilleurs résultats.
Ne trouvez rien à ça quelque chose de capitaliste ou autre. Les abeilles buckfast en sont la preuves même dans notre domaine. Rien d’étonnant de voir apparaitre quelque chose extravagant l'année suivante.(loi de Mendel et ségrégation)

Coté semence, la raison est peut être un choix de variété réduit pour le bio. Les entreprises ne travaillent pas pour du beurre et travaille à l'amélioration des résistance, des rendement... Néanmoins le tournesol est une culture assez propre qui ne nécessite peu d'intrant (culture de printemps qui peux être simplement désherbée et pas de fongi ou autre). Le tournesol est encore assez jeune et il n'y a que peux de prédateur, comparé aux céréales ou au colza.

Enfin, j'en viendrais à la production de nectar que je ne peux quantifier mais je pense que les tournesol produisent du nectar. Des variétés peut être plus que d'autre mais ils en produisent toujours et surement assez pour satisfaire les abeilles.

Je ne sais pas quand tu avais déplacé les ruches mais les abeilles sont aussi perturbées et consomment un peu de miel après une transhumance. La population de la ruche surtout à la mi aout est peut être faible et cela peut s'expliquer. Était ce des ruches bien fortes, bien remplies ? tu précise bien que le semis est tardif. As tu également comparé la densité de tournesol du champ bio à un champ conventionnel.

De notre coté nous avons récolté du miel de tournesol l'année dernière et nous sommes en lorraine (des tournesols plus précoces sont utilisé)

Je trouve ta démarche très bien (relation agriculteur-apiculteur) mais je trouve la conclusion un peu hâtive. Je te conseille de renouveler l'opération avec des ruches fortes (si besoin stimulées au sirop mi juillet et installées depuis 2-3 semaines (car la ponte peut être ralentie mi juillet)

La situation n'est pas toute rose et la filière en aval demande un produit de qualité.
Demande à ton agriculteur s'il est prêt à semer une variété d'il y a 15 ans qui fleurira plus tard,plus sensible, qui donnera peut être moins (surtout si c'est une lignée) et s'il voudra toucher moins car sa teneur en huile est inférieure aux moyenne.

C'est un long débat et je suis toujours irrité de lire des choses de ce genre.

RV, apiculteur amateur

X gilgamesh a dit…

quels espèces de tournesol semés?

couvain platré a dit…

Bonjour,

Je viens apporter un peu d'eau au moulin de " Anonyme". Si j'en crois les quantités de tournesol que j'obtiens depuis 2009 ou j'ai commencé à compiler des données; il se trouve que oui les tournesol produisent suffisamment pour les abeilles; pour le rendement de l'apiculteur c'est autre chose bien que je n'ai pas à me plaindre loin s'en faut.

J'ai de bonnes rentrées et des hausses pleines à craquer en tournesol.
J'ai un agriculteur qui utilise la même semence classique depuis des années autour d'un de mes ruchers, et deux autres ailleurs qui utilisent du tournesol pour l'oisellerie "Egal" et "Zebra" . Cependant un de ces agriculteur utilisait il y a 10 ans une varieté appellée LG56/56 abandonnée depuis.
En clair à ce jour je n'ai pas de problème. Il faut savoir aussi qu'un tournesol fleurissant une fin juillet sera nettement moins attractif qu'un tournesol fleurissant une fin juin.

Quoi qu'il en soit à la base un tournesol est fait pour faire de l'huile et pas du miel. L'agriculteur fait son job, qu'est-ce qu'il en à faire de savoir si les abeilles vont faire du miel dessus non? L'apiculteur profite bien de cette culture en opportuniste sain; alors il ne faudrait pas inverser les rôles et gueuler si les rendement baissent. Chacun tire la couverture à soi et voit midi à sa porte. Business is business.

Par ailleurs mes ruchers sont en fixe et je ne transhume pas.

Chiffres tournesol:
2009: 2026 kg 85 ruches
2010: 2460 kg 74 ruches
2011: 2680 kg 85 ruches
2012: 1971 kg 84 ruches .. année problème météo sur l'ensemble des productions agricoles (médias)
2013: 1585 kg 91 ruches... année complète problème météo ( anus horibilis de mémoire d'ancien)
2014: 1343 kg 93 ruches.. année ou juillet fut pluvieux et froid
2015: 1800 kg 102 ruches.. année ou juillet fut marqué par une canicule et une grande sècheresse depuis 1976
Alors même malgré cela, elle font du miel.