dimanche 10 juin 2012

Le greffage

Dimanche 3 juin j’ai pu enfin réaliser mes premiers greffages de l’année.

Cela m’aura quand même pris plus de temps que je ne le pensais au départ pour être prêt. J’ai eu fort à faire pour avoir des mini-plus de prêtes. Quand je dis des mini-plus prêtes c'est-à-dire assez construite, avec assez d’abeille pour que lorsque je vais introduire des cellules royales prête à éclore, il y ait assez d’abeilles et de réserve. Cette période sans reine est assez critique pour des petites colonies.

La dernière étape du processus aura été la mise en route de la ruche éleveuse. J’ai décidé d’utiliser la méthode du plateau Cloake qui est décrite dans le livre de Gilles Fert et dont vous trouverez le lien à cette adresse, ou dans son livre L'élevage des reines [Broché]. Malheureusement je n'ai pas fait de photo du plateau. J'en ferais plus tard. 



Dans la ruche du haut j’ai retiré un cadre de rive que j’ai remplacé par une partition. J’ai attendu 5 jours avant le début du processus afin d’être bien sur que dans la partie du haut, il n’y aurait plus de jeune larve qui aurait permis de faire un élevage royale.
La veille comme expliqué j’ai retiré ma partition pour y introduire mon cadre d’élevage imprégné de sirop. Comme il était neuf, jamais utilisé, c’était important pour son d’acceptation.
Pour faire faire un demi tour à l’ensemble, et éviter de trop lourde charge à manipuler, je me suis fabriqué un plateau tournant avec roulette. Le plateau est constitué de deux planches ou j’ai fixé sur une des faces d’une des planches six roues tournantes. Ainsi la ruche éleveuse posé sur le plateau, le demi-tour se fait facilement presque d’une main.
 
Le matin du greffage, j’ai placé deux cadres de couvain frais que j’ai pris dans une autre ruche. Normalement il est indiqué de les prendre dans la partie du bas, mais toujours par soucis de levage de charge, j’ai préféré pendre ces deux cadres d’une autre ruche. En espérant que cela fonctionne.
Avant de mettre la séparation métallique, pour rendre le compartiment du haut orphelin, j’ai beaucoup enfumé le bas en faisant monter un maximum d’abeilles.

Le plus difficile a été de trouver des cadres avec des larves de 24h pour le greffage, dans une des ruchettes mini-plus ayant une reine Buckfast. J’ai choisi celle qui propolise le moins, et qui quand elle était dans une ruche Dadant, ma fait plus de miel dans les hausses. Ce n’est pas facile de bien voir des larves sur le fond clair de la cire neuve. Je vais apporter quelques modifications sur se point lors de la prochaine série.

L’année dernière j’ai utilisé la méthode du picking à sec. C'est-à-dire que les larves prélevées sont déposées directement dans les cupules. Mais je n’ai eu que 5 cellules royales. Alors j’ai voulu essayé le picking sur gelé royale. Pour ce faire, il faut mélanger de la gelé royale (bio) avec de l’eau de source en bouteille (50/50). Je me suis aidé d’une seringue avec son aiguille pour déposer une toute petite goutte au fond de la cupule. Le but est bien de pouvoir déposer la larve sur la goutte, sans qu'elle soit noyé par la goutte. Et il faut faire attention à bien mettre une serviette humide sur les cupules par la suite, car la petite goutte de mélange sèche très vite. Certains éleveurs sature la pièce ou se trouve d’humidité, en faisant bouillir de l’eau.



Mon âge ne me permettant plus de greffer sans lunette, j’ai utilisé pour m’aider d’une loupe binoculaire frontale (ou visière éclairante) de chez LESA. La boite possède plusieurs grossissement différent qui permettent de s’adapter et de trouver le grossissement le plus confortable en fonction de la distance de travail et des performances de sa vue. L’éclairage placé sur le dessus, n’est pas très efficace à mon sens, c’est pourquoi je m’aide d’une lumière complémentaire. Si certains sont intéressés par ce système de loupe binoculaire, vous pouvez m’envoyer un mail. Je peux vous en fournir au prix de 79€ (faudra compter les frais de port en plus que je ne connais pas et qui sont le prix d’un colissimo).



Pour le picking je préfère nettement le picking en métal que celui en plume d'oie appelé picking chinois. Ce n’est qu’un choix personnel qui n’engage que moi. 



Une fois la larve prélevée, je fais attention à la redéposer dans le même sens que celui du prélèvement. Au moindre doute d’un retournement de sens de la larve, je recommence. Puis je remets un chiffon humide par-dessus les larves greffées, toujours pour éviter qu’elles ne dessèchent. 




Il faut, sans tarder remmener le cadre d’élevage ou sont fixées les barrettes de cupules, dans la ruche éleveuse, pour que les larves reçoivent le plus vite possible la précieuse gelée royale. C’est elle, la gelée royale qui fera de cette larve une future reine et aussi parce que le compartiment ou se trouve le cadre d’élevage, est orphelin. Dans la partie haute de la ruche éleveuse, au centre, j’ai laissé un espace de libre ou je peux insérer la cadre. Il faut tout de suite nourrir avec du sirop, et c’est là que le réservoir du cadre d’élevage est bien pratique, car le sirop sera au plus prêt des abeilles qui s’occuperont des futures reines. J’ai déposé aussi un petit mélange de pollen et de miel pour l’apport en protéine nécessaire à la bonne constitution des reines.
Toutes ses opérations sont minutieuses et demande de la précision. Faut éviter de trop se stresser et tout préparer à l’avance pour pouvoir se concentrer uniquement sur le greffage.

La première série, est assez prometteuse. J'ai obtenu 20 cellules royales sur 24 possible. Soit 83% de taux de réussite. 



Au bout de 6 jours, j’ai pu retirer les cellules royales operculées du cadre et les introduire délicatement dans un tube de protection. Ce tube de protection évite aux abeilles de détruire la cellule royale. Curieusement elles ne s’attaquent jamais à l’extrémité arrondie. Ces cellules sont alors introduite dans les mini-plus, dont le fond a été fermé, et dont j’ai vérifié qu’il n’y avait pas de reine, ni de cellule royale de construite. J’ai essayé autant que possible de constituer des mini-plus le plus équilibré possible, qu’elles soient assez rempli de provision et surtout assez d’abeilles. 




Une remarque importante concernant la ruche éleveuse. Au bout de 6 ou 7 jours, quand on retire les cellules il faut en profiter aussi pour vérifier la présence de cellules royales sur les cadres. Je me suis aperçu qu’il y en avait sur certains cadres. Autant dire que cela pourrait compromettre sérieusement un élevage. Même si on décide de laisser les cellules royales sur le cadre d’élevage plus longtemps que 6 ou 7 jours, il faut vérifier les autres cadres, puisque dans le compartiment du haut de la ruche éleveuse, il faut remettre des cadres de couvain le plus operculé possible. Et il arrive alors que quelques œufs soient pondus et tout l’élevage serait perdu.

Les mini-plus pourvu des cellules royales de 6 jours sont mises au frais, chez moi pendant 2 nuits. Le soir de la 3eme nuit, j’irais les mettre à leur place, sur les plateaux.

Maintenant, il y a plus qu’à attendre que la nature fasse son travail. 

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Slt,
Je souhaite effectuer mon greffage à sec mais comme tu le dit j'ai peur du taux de réussite je n'ai pas de gelée royale sous la main.
Est-ce que comme dans les livres le taux de réussite est équivalent?

Olivier a dit…

Je ne pourrais pas dire si le taux d'acceptation est le même. Mais les pro greffe a sec. Un producteur de gelée royale qui greffe entre 1000 et 2000 cupules a chaque fois, ne perd pas du temps. Il greffe a sec. Je pense que pour mettre toutes les chances de votre coté, faite bouillir une casserole d'eau pour saturé la pièce ou aura lieu le greffage. Puis bien couvrir les cupules d'un linge très humide. La larve ne devrait pas sécher trop vite.

Anonyme a dit…

Ok merci des conseils:)

Anonyme a dit…

pourquoi ne pas adopter la regle des 10 jours !!!! le 10 eme jour apres greffage les cellules peuvent etre transporter sans crainte et introduite directement entre 2 cadres. si vous craignez la naissance d'une reine qui pourrait detruire votre travail vous pouvez encager le 6eme jour (operculation)avec protection CNE/5 le tout restant dans la ruche eleveuse Jacky Dayras

Olivier a dit…

Merci pour votre remarque. C'est effectivement ce que j'ai fait sur ma 2eme série. J'ai protégé les cellules avec les bigoudis CNE/5.

Anonyme a dit…

Résultat de mon greffage à sec = 28 % d'acceptation.
Du coup deuxième série mais là je vérifie le lendemain et regreffe pour être dans le timing.