vendredi 18 mai 2012

L'essaimage : la joie et la galère.

L’essaimage tant redouté par les apiculteurs parce qu’il apporte une baisse brutale de l’activité d’une ruche, qui fera aussi une baisse de la récolte de miel, est arrivé.



Je dois avouer que l’année dernière, je m’en étais pas mal sorti. Il m’avait semblé avoir assez bien maitrisé l’essaimage. Aucune de mes ruches n’avait essaimé l’année dernière. Entre avril et mai j’avais pu faire des essaims artificiels, pour augmenter mon cheptel mais aussi maitriser l’envie des abeilles d’aller former une colonie ailleurs. Le mois d’avril de l’année dernière avait été très beau et chaud. Les hausses avaient déjà été remplies de colza et fin avril ses fleurs commençaient à faner. Mais cette année, impossible de dupliquer la même manœuvre. Le mois d’avril fut si mauvais que je n’ai pas pu faire de visite correcte de contrôle de toutes les ruches.

Autant le dire tout de suite, que sur mes 8 ruches, 6 ont essaimées. Je n’ai pas été très bon. Par contre je me console quand même car j’ai pu récupérer 6 essaims que je considère comme venant de mes ruches vu la proximité de leur récupération. J’ai certainement du en perdre car je n’ai pas retrouvé tous les marquages sur les reines des essaims. Entre le 30 avril et le 1 mai, fête du travail, 4 essaims ont été récupérés dans mon jardin.  Puis la semaine suivante, j’en ai récupéré un sous une ruche et enfin le dernier dans un arbuste a plus de 4 mètres de hauteur.



J’ai fait quelques mauvaises appréciations cette année qui a conduit à cette situation, couplé avec une météo bien maussade d’avril. Sur 3 des ruches, j’ai retiré volontairement la reine début avril pour démarrer des mini plus (http://abeille-passion.blogspot.fr/2012/04/lelevage-de-reine-cest-parti.html). Ce retrait, à lancé un élevage de reine. C’est ce que je voulais, mais pour ne pas déranger, les nouvelles reines, je n’ai pas voulu pas ouvrir mes ruches trop tôt, et avec le temps, j’ai reculé au maximum.  Naïvement également, je pensais que d'avoir une reine toute jeune, allais m’éviter l’essaimage. Je me suis trompé, et lourdement. Oui une reine jeune en ponte, va limiter l’essaimage, parce qu’elle va diffuser ses phéromones dans la ruche mais pas l’empêcher complètement. En plus là je n’avais pas de reine en ponte mais des reines naissantes. Le colza c’est mis à donner beaucoup, les butineuses sont revenues et ont rempli le corps, remplissant chaque nouvelle alvéole libérée suite à la naissance d’une nouvelle abeille. Elles n’ont pas cherché à remplir les hausses, surement du au froid des nuits, mais je ne me l’explique pas bien quand même. Si bien que les corps ont été remplis de miel. Les jeunes reines, ont alors pondu ou elles pouvaient et les abeilles ont de suite refait de nouvelle cellule royale, a cause du déséquilibré présent dans la ruche. Trop d’abeille, plus de place pour pondre, fait qu’un essaimage démarre.  Je n’y avais pas pensé.



Pour moi, l’essaimage a eu lieu par temps chaud qui suivait une longue période de froid, et sans trop de vent, à partir de 13h. L’essaim c’est posé a quelques mettre seulement de mes ruches. J’en ai même eu sous un support pour mini plus.



Le premier fut une surprise de voir autant d’abeilles accrochées à un petit bout de branche. Il n’y a pas non plus une grande effervescence. C’est une masse assez compacte, bien ordonnée, ou les abeilles ont la tête souvent dirigées vers le ciel.  Quand on regarde de plus prêt cette masse, c’est assez étrange de voir des abeilles qui parcours l’essaim posé sur la branche en effectuant des danses saccadées, des frétillements réguliers de haute en bas et de bas en haut.  Il n’y en pas qu’une mais des dizaines. Se sont les mouvements qui ont été décris par Karl Von Frisch et qui lui a valu de recevoir un prix Nobel en 1973. Cette danse qui se pratique d’habitude dans l’obscurité de la ruche, et qui sert à indiquer des zones de butinages, par des abeilles éclaireuses aux autres butineuses restés dans la ruche, sert cette fois à indiquer à l’essaim des lieux possible pour établir une nouvelle colonie.  Grace à de subtiles interactions avec d’autres abeilles, qui vont amplifier le message ou au contraire réduire le message de l’éclaireuse effectuant sa danse, l’essaim, va alors décider, de manière démocratique, du futur lieu d’habitation.

Pour récupérer un essaim, j’ai commencé par le mouiller avec un brumisateur à main, de longue minute pour calmer les abeilles, en collant les ailles par l’eau. 



Cela permet ensuite de prendre un peu plus son temps et de se calmer soi même. Même si je sais que l’essaim et là, posé pour quelque temps, la peur de le perdre pour toujours, me stresse. Faut penser à pas mal de chose et bien choisir la ruche de réception. Au niveau matériel, je me suis servi d’un couvercle en plastique pour faire pousser les salades. C’est léger, souple, assez large pour recevoir un gros essaim et donc facile à manier. 



Ensuite ce n’est vraiment pas difficile de récupérer un essaim quand il est placé comme ça a hauteur d’homme. Un bon secougage de branche supportant l'essaim et il tombe d'un coup, les abeilles étant bien collées. Attention au poids quand même que peux représenter, la masse. J'ai été surpris par les premiers qui étant vraiment lourd. Par contre placé à 3 ou 4 mettre en hauteur sur de petites branches est une autre paire de manches. C’est bien plus périlleux, et dangereux. Je laisse l’essaim a la même place, afin de récupérer le maximum de butineuse. Puis j’ai mis la ruchette directement a sa nouvelle place le soir une fois la nuit tombé, ou j’ai mis la ruchette dans une pièces fraîche et sans lumière pendant 3 nuits.



J’ai pu mettre les essaims récupérés soit dans des ruchettes Beenuck 5 cadres, soit dans des mini plus. Ce dernier choix est assez intéressant pour moi, car comme cela je peux avoir plus rapidement des cadres tirés pour mon futur élevage de reine. Je me désespérai de pouvoir faire quelques reines cette année, et là ca va me permettre d’envisager de faire des essais dans quelques temps.   


Dans quelques temps, le colza va finir de fleurir, les choses vont redevenir normale. 

Je ferais mieux l'année prochaine. 

3 commentaires:

mathilie a dit…

salut. meme soucis chez moi....
tu crois que les nouvelles CR sont dû au fait qu'il n'y a plus assez de place pr que la nouvelle reine ponde?? je n'y avais pas pensé.
par contre j'ai ajouté 3 cadres de cire gaufrée afin de liberer de la place justement....

Olivier a dit…

Les cellules royales viennent quand il y a un déséquilibre. Si la reine ne peut pas pondre parce qu'il n'y a plus de place alors les abeilles construisent des CR.
Le problème c'est que des que les CR sont en route les abeilles tirent moins de cire, mais continue de rentrer du nectar. Et c'est pur cela qu'on peut de nouveau avoir de nouveau essaims qui partent encore.
Quand il y a des CR on peut faire des essaims artificiels en prenant la reine présente dans la ruche. Puisqu'elle veut partir alors on peut l'aider et la garder. Ainsi les abeilles continuent d'élever les CR pour faire la nouvelle reine.

Anonyme a dit…

causes d'essaimages: ruche trop populeuse ponte bloquèe,
reine tres vielle manque queen substance
reine ordinaire
manipe de l'apiculteur
pour prevenir l'essaimage je vous conseille de prelever sur vos bonnes ruches au printemps 2 cadres de couvain cadres se trouvant en seconde position en bordure de la grappe avec les abeilles sans la reine en faire des nuclèus j dayras